L’architecture LMD : un modèle universitaire made in Europe ! Mais qu’en est-il de l’université africaine ??

Le système LMD, (inspiré du modèle nord-américain : « Bachelor-Master-PhD (BMP))  aujourd’hui largement adopté en Europe, a été réalisé dans le cadre du processus de Bologne. Par “Processus de Bologne”, on désigne le processus d’harmonisation européenne de l’enseignement supérieur. Il est né à Paris, à la Sorbonne, en mai 1998, d’une initiative de Claude Allègre, alors Ministre de l’Enseignement Supérieur de la France.

La réforme prévoit une architecture basée sur ce que l’on appelle les trois grades : licence, master et doctorat. Une organisation des enseignements en semestres et unités d’enseignement; et puis la mise en œuvre des crédits européens par la délivrance d’une annexe descriptive au diplôme.

Cette réforme a donc pour objectifs principaux, de :

¨     Favoriser la mobilité géographique des étudiants et des enseignants à partir de la valeur du crédit, comme  indicateur uniforme d’évaluation du temps et du volume des connaissances dispensées.

¨     Permettre : l’évaluation des connaissances entre des universités de différents pays ; l’équivalence des programmes.

¨     Etablir une adéquation : entre la qualité des savoirs et des savoir-faire universitaires et les exigences du marché de l’emploi.

¨     Accroître le niveau général des connaissances par le recyclage des professionnels désireux de parfaire leurs compétences.

Certes, le système LMD présente aujourd’hui des enjeux importants pour la communauté universitaire internationale, Il marque une avancée réelle de l’internationalisation et de la globalisation de l’Enseignement supérieur

Mais qu’en est il pour l’université africaine…en d’autres termes quels moyens l’université africaine est elle prête à mettre en place pour mener cette « aventure », quelles seraient les conséquences de l’adoption de cette nouvelle architecture calqué du Modèle Européen ?? …

L’appropriation efficace du processus de Bologne s’annonce bien difficile pour les universités africaines  « mal préparées» ou l’environnement universitaire reste précaire et dominé par « l’embrigadement politique des libertés académiques »…Les raisons sont bien nombreuses :

L’insuffisance des moyens : Les effectifs sont de plus en plus pléthoriques. Le Cameroun à titre d’exemple est constitué de près de 60 % de jeunes de moins  de 25 ans, ce qui induit une forte demande d’éducation de tous les niveaux dont l’Enseignement supérieur. Selon un rapport publié en 2009, par le conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique : lors la rentrée académique 2007-2008 au Cameroun, près de 50 000 jeunes bacheliers ont pris une inscription dans l’Enseignement supérieur. Le déséquilibre est pourtant intolérable entre la capacité d’accueil et le nombre d’étudiants, avec pour images frappantes des amphithéâtres surpeuplés. À l’Université de Yaoundé par exemple, les amphithéâtres conçus pour 1 000 étudiants doivent en supporter près de 2 000 (selon toujours le même rapport).

L’insuffisance et la détérioration drastique des conditions de travail se voient clairement dans les universités africaines. Selon le rapport sur « l’appropriation de la réforme LMD au Cameroun », publié en 2009 par le conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique  les installations insuffisantes et précaires font de l’année académique un calvaire. Dans les « grands laboratoires » de la Faculté des Sciences de l’université de Yaoundé I, les enseignants sont obligés, malgré eux, de faire des suppositions abstraites pendant les séances dites de travaux pratiques, du fait d’un manque de tubes à essai, de réactifs ou de toute autre machine indispensable.

Encore plus, Les bibliothèques ont vieilli et disposent rarement de documents récents. L’étudiant tout comme l’enseignant doit donc « se battre », à sa manière, pour acquérir de nouvelles productions liées à son champ scientifique.

Le manque de ressources humaines hautement qualifiées, pour accompagner la mise en place de cette réforme. Prenant le cas du Maroc ou le départ des enseignants en retraite anticipée a engendré une vraie crise au niveau d secteur de l’éducation. Selon un article intitulé «Universités: Le piège de la sélection par l’échec »  publié par l’Economiste le 24/09/2008 : Il faudra plusieurs années pour rattraper l’effet des DVD. Le gouvernement s’est engagé à créer 600 postes budgétaires pour les enseignants, soit le double des recrutements effectués en 2008. «A ce rythme, il nous faudra 7 ans pour rattraper le manque à gagner occasionné par les DVD. Or, nous tablons sur une forte augmentation de l’effectif des étudiants durant les prochaines années».

Le renforcement  des effectifs d’étudiants dans les filières scientifiques et techniques, tel préconisait par la réforme LMD, n’a pas encore décollé. Pour le cas du Maroc (selon le même article paru dans l’Economiste) : Le taux de remplissage moyen dans les écoles supérieures de technologies ne dépasse pas les 40%. La réforme LMD a introduit des changements, mais elle n’a pas réussi à renverser la tendance. «Les bacheliers s’orientent encore majoritairement (à 75%) vers les filières à accès ouvert, principalement les facultés des lettres et des sciences humaines et des sciences juridiques, économiques et sociales»

En conclusion, je reprendrai la citation du président du Réseau pour l’excellence de l’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest (REESAO). Mr. Ehouan Etienne Ehile : ‘’Le LMD, c’est la déclinaison pédagogique de la mondialisation et toutes les institutions d’enseignement supérieur du monde travaillent avec ce système Là, si nous ne prenons pas nos dispositions, vous comprenez que nous serons en marge’’, explique-t-il dans un entretien avec l’Agence de presse sénégalaise (APS)….

Sources :

Rapport du conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique. « L’adoption du « système LMD »par les universités du Cameroun : enjeux, contraintes et perspectives ». Par Yves Bertrand Djouda Feudjio

Rapport du conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique. « L’Université tunisienne : entre localisation et internationalisation ». Par Najem Dhaher

«Universités: Le piège de la sélection par l’échec »/ paru le 24/09/2008 à l’Economiste.

L’agence de presse sénégalaise (APS)

 

 

Advertisements

About zaineb Choukrani

Library and Information science and Technology student at " Ecole des sciences de l'information" Rabat, Morocco. Biblioblogger
This entry was posted in Mes Publications and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to L’architecture LMD : un modèle universitaire made in Europe ! Mais qu’en est-il de l’université africaine ??

  1. Don Wood says:

    Bravo!!! You should post all your wonderfully insightful articles!

  2. Don Wood says:

    You really are an excellent writer, thoroughly logical and insightful.

  3. Najia Abdallaoui says:

    Congratulations Zaineb!! A good article. A book on the Moroccan University appeared in July by Mohamed Harakat : “Quelle Université pour le XXI siècle?”

  4. Thank you dear ! what can you tell us about LMD system in USA ?

  5. Don Wood says:

    In general, the United States has a threefold degree system, wherein students may earn three academic degrees:

    A bachelor’s degree, awarded for an undergraduate course or major that generally lasts for four years, and is earned following 12 years of pre-college education (grade school, junior high or middle school, and high school);

    A master’s degree, granted for demonstrating a mastery or high-order overview of a specific field of study or area of professional practice. Within the area studied, graduates are posited to possess advanced knowledge of a specialized body of theoretical and applied topics; high-order skills in analysis, critical evaluation and/or professional application; and the ability to solve complex problems and think rigorously and independently; and

    A doctorate, which qualifies the holder to teach in a specific field, [e.g. a Doctor of Philosophy (Ph.D.)].

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s